God save (the) Queen

Il y a 27 ans, le 24 novembre 1991, disparaissait Freddie Mercury, l’une des plus grandes figures du rock. Le chanteur de Queen aura marqué l’histoire de la musique, tant par ses compositions et son talent que par sa voix et ses prestations scéniques. Le 31 octobre 2018 sort au cinéma « Bohemian Rhapsody », un film de Bryan Singer retraçant la vie de Freddie Mercury de la fin des années 60 au mythique concert « Live Aid » à Wembley en juillet 1985. Retour sur l’histoire de ce chanteur incomparable et du meilleur groupe britannique de tous les temps.

Début 1970. Farrokh « Freddie » Bulsara rencontre le guitariste Brian May et le batteur Roger Taylor, qui font partie du groupe Smile, que le chanteur-bassiste Tim Staffel quitte subitement pour tenter sa chance avec une autre formation. Mercury le remplace et impose aux deux autres membres le nouveau nom du groupe : Queen. Les trois musiciens trouveront enfin leur bassiste en 1971 en la personne de John Deacon.

Au début de sa carrière, Queen tire son inspiration du rock progressif. En 1973 sort leur premier album, Queen suivi l’année suivante de Queen II. C’est à partir de ce moment que Queen commence à se constituer un public et à réussir commercialement parlant. Plus tard, la même année, le groupe enregistrera et sortira l’album Sheer Heart Attack, album dans lequel on retrouve un mélange de styles assez étonnant, allant du music-hall britannique au heavy metal en passant par des ballades, du ragtime et même un peu de musique des Caraïbes. Dès lors, Queen se dissocie du mouvement rock progressif de ses débuts, pour se rapprocher d’un style de musique plus aisément diffusable à la radio. Mais c’est au cours de l’année 1975 que va changer le destin du groupe, et le faire entrer dans la légende.

Cette année-là sort A Night at the Opera, titre venant d’un des films des Marx Brothers. Cet album inclassable réunit à lui seul le talent musical et le génie créatif des membres du groupe. Sur ce disque, on trouve notamment l’immense succès mondial Bohemian Rhapsody, composé par Freddie Mercury. Ce titre qui, à l’époque, ne pouvait soi-disant pas être diffusé car jugé totalement incompréhensible et bien trop long (plus de 6 minutes), sera n°1 pendant neuf semaines consécutives à sa sortie, puis encore cinq semaines d’affilée après le décès de Mercury. Il deviendra même 3ème single britannique le plus vendu de tous les temps.

L’album News of the world arrive en 1977, dont sont issus We will rock you et We are the champions. C’est avec cet album que la France commence à s’intéresser au groupe. S’ensuit la sortie de Jazz en 1978, incluant Don’t Stop Me Now, mais aussi Fat Bottomed Girls et Bicycle Race sortis sur le même 45 tours. Les plus anciens d’entre vous se souviendront sans aucun doute de la pochette comportant cinquante femmes nues roulant à vélo sur un stade. Les images filmées ce jour-là sont réutilisées pour le clip de Bicycle Race.

Au début des années 80, Queen sort The Game, utilisant pour la première fois des synthétiseurs (jusqu’ici, les albums arboraient la mention « aucun synthétiseur n’a été utilisé sur cet album »). Sur ce disque, on retrouve Crazy Little Thing Called Love et le titre au succès planétaire Another One Bites the Dust. Cette même année, le groupe signe la musique du film Flash Gordon, et sort en parallèle leur premier Greatest Hits.

Au cours de cette période, Queen remplit les salles de concerts à travers le monde, puis les stades. C’est le 1er groupe à jouer en Amérique du Sud, avec des records d’affluence dans les stades brésiliens de Rio de Janeiro et São Paulo. En 1981, le groupe s’enferme dans le Moutain Studio de Montreux pour enregistrer leur nouvel album. Un artiste, en visite dans les studios, va venir les saluer : David Bowie. De cette rencontre impromptue naîtra le mythique Under Pressure. L’album Hot Space sort en 1982, mais tourné résolument vers le disco et le funk, c’est un échec.

Que ce soit sur scène ou en studio, Queen a travaillé sans relâche pendant plus de dix ans. Le groupe décide donc de lever le pied durant l’année 1983, il enregistre néanmoins l’album The Works. Plusieurs membres du groupe se lancent dans des projets annexes, ce qui engendrera des rumeurs de séparation. Une violente polémique verra même le jour suite à une série de concerts donnés par le groupe en Afrique du Sud fin 1984, aux pires heures de l’apartheid.

En 1985, la famine qui sévit en Ethiopie donne naissance à des levées de fonds dans le monde entier : USA for AFrica avec We are the world, Chanteurs sans frontières et le titre Ethiopie. L’artiste britannique Bob Geldof est le premier à réagir en 1984 en créant Band Aid, un collectif de stars qui interprète le titre Do they know It’s christmas. Mais pour lui, ce n’est pas suffisant, il veut quelque chose de plus grand : c’est ainsi que le concert Live Aid voit le jour, et Queen y est invité. Le 13 juillet 1985, dans un stade de Wembley archi-comble, la prestation scénique du groupe est mémorable, ce sera d’ailleurs le record d’applaudimètre. Cette même année 1985, Freddie Mercury sort son premier album solo, Mr. Bad Guy.

Au début de l’année 1986, Queen enregistre l’album A Kind of Magic, dont plusieurs titres apparaîtront dans le film Highlander, comme A Kind of Magic, Who Wants to Live Forever et Princes of the Universe, générique du film et de la série. Commence alors la tournée Magic Tour, une série de concerts à guichets fermés, dont l’apothéose aura lieu à Wembley en juillet 1986. Mais Freddie Mercury est malade, et si hormis les membres du groupe et les proches du chanteur, personne n’est au courant, certaines réactions à venir vont faire renaître les rumeurs de séparation.

En 1988, Mercury travaille avec Montserrat Caballé sur Barcelona (hymne officiel des Jeux Olympiques de Barcelone). Un an plus tard, c’est la sortie de The Miracle, un album aux sonorités pop-rock dont seront issus de gros succès, comme I want it all ou, moins connu, Scandal (dans lequel le chanteur s’en prend à la presse à scandale). Queen annonce qu’il n’y aura pas de tournée suite à la sortie de l’album, et la rumeur qui veut que Mercury soit atteint du sida va bon train. Le groupe dément régulièrement et, bien que sa santé se détériore, le chanteur poursuit sa contribution artistique. En 1991 sort Innuendo, avec le poignant The Show Must Go On.

Le 23 novembre 1991, Freddie Mercury annonce dans un communiqué rédigé sur son lit de mort, de presse qu’il souffre du sida et s’éteint moins de 24 heures après. En avril 1992, les membres restants organisent à Wembley un concert à sa mémoire, avec des icônes de l’époque comme Annie Lennox, Seal, Guns N’ Roses, Extreme, Def Leppard, Elton John, George Michael, David Bowie, Metallica et Liza Minnelli. Cet évènement, qui figure au Guiness Book des Records comme « le plus grand concert de rock à but caritatif », a été suivi par des dizaines de millions de téléspectateurs dans le monde, a permis de récolter plus de 22 millions d’euros de dons destinés à la lutte contre le sida.

Les trois membres restants de Queen ne se sont jamais officiellement séparés, et ont tenu à respecter les volontés de Mercury : terminer l’album posthume Made in Heaven. Sorti en 1995, il est composé de titres inédits originaux, de sessions de chant enregistrées en 1991 et d’ébauches mises de côté lors des enregistrements précédents. Par la suite, Brian May et Roger Taylor s’investiront régulièrement dans la levée de fond pour la lutte contre le sida. John Deacon viendra travailler une dernière fois avec ses deux comparses en 1997 pour enregistrer le No-One But You (Only the Good Die Young).

Aujourd’hui, de nombreux sondages au Royaume-Uni mais aussi dans le monde désignent Queen comme le plus grand groupe britannique de tous les temps, devant les Beatles et les Rolling Stones.

« Je ne vais certainement pas être une rock star. Je vais être une légende ! » disait Freddie Mercury. Provocation, irrévérence ? Peu importe : vingt-sept ans plus tard, il reste une icône de la musique, une légende du rock. Et les légendes ne meurent jamais…

Imprimer cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.